Le cheval

de Murano

Retour

La tradition du verre de Venise remonte à la fin du VI e siècle. En 1291, les verriers sont exilés sur l’ile de Murano, toute proche, pour épargner Venise des risques d’incendie mais aussi pour mettre au secret leur précieux savoir-faire. Ils ne doivent alors ni s’expatrier, ni divulguer leurs secrets de fabrication sous peine de mort. En contrepartie de cet exil, Venise autorise les verriers à battre leur propre monnaie !

C’est l’artisanat du verre qui a rendu Murano célèbre dans le monde entier. Aujourd’hui, artistes, architectes et designers viennent des quatre coins de la planète pour travailler à Murano et donnent au verre un souffle nouveau. Les verres de Murano sont devenus des objets d'art recherchés

C’est au cours du XVe siècle et avec la Renaissance vénitienne que la production atteignit un degré de perfection, de variété et d’adéquation au goût de l’époque, rarement atteint dans l’histoire des arts décoratifs.

La première splendeur fut l’invention d’un verre d’une grande transparence, d’une finesse et d’une légèreté remarquable qu’on nomma, en référence au cristal de roche, "Cristallo". Ce furent ensuite les verres peints à l’émail, souvent dorés, illustrés de portraits contemporains ou de scènes mythologiques que commandaient les cours de l’Europe entière.

Vinrent enfin tous les raffinements des filigranes de verre blanc qui, inclus dans le verre transparent, sont soumis à de longues et délicates manipulations avant d’éclore en tourbillon.

Le verre de Murano devint un art d'un grand raffinement qui connut son apogée du XVIe siècle au XVIIIe siècle.

Aujourd’hui, les verreries dites d'art produisent des objets de grande qualité, souvent en collaboration avec des artistes contemporains. Retrouvez certains de ces artistes comme Carlo Moretti ou Stefano Poletti dans le Carré des Créateurs San Marco.